Tel : 04.76.55.17.73


La maison de Mariette
Rue du Souvenir Français
38380 Saint-Laurent-du-Pont
(Isère)
.
.










.
.
..
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
..
.
.

.
..
.
..
.
.
.

.
.
.
Photos du musée Jocelyne Artigue



Visiter ma maison...

undefined



undefined




...

Me contacter





La maison de Mariette
 
 
 

107, rue du Souvenir Français

  38380 Saint-Laurent-du-Pont

Tel : 04.76.55.17.73.



 




 maison.mariette@wanadoo.fr
                                           
Ouvert sur rendez-vous.

 

 

Mon site...

 

.
accueil la maison de mariette.
.
Click sur l'image !

Pour visiter à l'heure et le jour qui vous conviennent

samedi et dimanche compris

me contacter au

04.76.55.17.73.

ou

06.40.13.13.06.




...





19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 16:45

...


Ma rie êtes, 

Mari êtes,

Marie êtes,

Mari ais te, 


80ans-maman2011-013lo.jpg

 

Enfin c’est Mariette.

 

alter-art-9.jpg

 

Une petite mort poudrée d’enfance en berceau de roses noires,

berceaux, bercés par les mains de cette femme,

en cette f’âme.

Caresse le poupon, déchire la chair, pour recoudre ailleurs.


alter-art-1.jpg

 

 

Têtes entêtées, c’est une taiseuse cette femme ! Elle fût fille et perdit son sang un jour que la rivière coulait des montagnes laurentinoises.

Cherche lui pas les noises avec ses seigneurs qui saignent, qui la saignent c’est son heure.


alter-art-2.jpg

 

Déchirure ! Os broyés, pétrifiés, ligotés, asexués.

Morsure, bâillonnement, privation, pénétration !

An sang soir turbulent, pour viol sans cloches teintantes.


 alter-art-3.jpg

 

C’est un petit monde,

C’est son petit monde !


alter-art-5.jpg

 

Animaux domestiques devenus féroces, cachés dans un mouchoir de dentelles.

Dentelles noires pour pleurer dans son oeil noir.

Pleurs qui remplissent son ventre comme un vase sans fond.


alter-art-6.jpg

 

Dentelles pour elles poupées de dérision, 

Poupées sous tension, électriques pour persécution.

C’est une poupée qui fût une femme !


   alter-art-7.jpg

 

Une femme comme une poupée qui se laisse bercer par les mains de la mort et qui tète la vie comme une grande faucheuse.


alter-art-8.jpg

 

Voilette, dévoile - toi, vole, et envoile -toi.

Marie-toi Mariette, pour que je voie la femme,

ta voix qui crie au fond de tes créations.


 

 Laurence Pessin

 

Vu sur Laurence Pessin

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mariette - dans Les expositions
commenter cet article

commentaires