Tel : 04.76.55.17.73


La maison de Mariette
Rue du Souvenir Français
38380 Saint-Laurent-du-Pont
(Isère)
.
.










.
.
..
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
..
.
.

.
..
.
..
.
.
.

.
.
.
Photos du musée Jocelyne Artigue



Visiter ma maison...

undefined



undefined




...

Me contacter





La maison de Mariette
 
 
 

107, rue du Souvenir Français

  38380 Saint-Laurent-du-Pont

Tel : 04.76.55.17.73.



 




 maison.mariette@wanadoo.fr
                                           
Ouvert sur rendez-vous.

 

 

Mon site...

 

.
accueil la maison de mariette.
.
Click sur l'image !

Pour visiter à l'heure et le jour qui vous conviennent

samedi et dimanche compris

me contacter au

04.76.55.17.73.

ou

06.40.13.13.06.




...





7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 19:52

 

              BABILLAGE  DE JPGP 

 POUR CLOUER LE BEC AUX BLOGUEURS ENERVES

 

 

Vos personnages  sont des amers dans l’espace  qu’ils ponctuent.

Ce sont aussi des innocents. 

Ils deviennent des relais cosmiques et leur stabilité fixe la volatilité du temps et de l’espace.

 Il s’agit de foyers de présence et  de transparences fluides.

Ce sont des veilleurs qui donnent au monde un air d’attente.

 

Votre appel  à la patience ouvre à de nécessaires « failles » tendues vers un but à réaliser et qui s’ignore.

Il se découvre en avançant.

 Chacune de vos  œuvres est un passage déjà dépassé à  mesure de votre progression.

 

On peut trouver dans votre œuvre le scarabée tout comme la puce.

Les deux permettent de reconnaître l'endroit où la vie se creuse, se mange du dehors et du dedans.  

 

Créer revient donc à inscrire un bestiaire.

Vous  décryptez une infinité de nymphes que nous ne voyons pas.  

 

Il  faut donc rester dans  la singularité des  images.

Elles sont franches du col, s’élèvent au-dessus de la pensée, ruinent  l’angoisse du monde avec une douceur paradoxale qui change selon vos méthodes et vos  approches.

 

Vous n’avez jamais peur d’avancer, de risquer pour créer  des fables de matières et des labyrinthes optiques.

Frontalité et parfois emboîtages.  Soulever, lacérer, absorber. Demeure toujours un « oubli », une preuve à réaliser encore grâce à votre  vigilante  attention et  une  curiosité pour l’attrait de l’indicible.

 

Parfois dans un jardin se trouve un grand bassin.

Il est recouvert de nénuphars et au fond il y a de très gros poissons rose pâle.

En se penchant  pour les regarder vous  tombez dans le grand cercle et  donnez l’alerte.

 C’est à ce moment-là que le réveil a lieu.

 

Ne pas croire   les radoteurs.

Leur bêtise ne  se mesure pas au nombre des années. Il n’y a pas de plus jeunes idiots  que d’autres dans le fleuve des saisons.

 Certains s’y immergent, d’autres en émergent : le tout est de savoir si c’est dedans ou dehors qu’ils s’ennuient le moins. 

 Continuez à créer  berceaux et  boîtes : elles ne contiennent jamais de baby-blues ou des babioles.

 Juste des farandoles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires